" Les premiers jeux vidéo s'inspirent des films de cinéma pour parer au déficit figuratif de leurs graphismes

La présentation de votre livre précise que l'étude spécifique des jeux video et plus globalement dans le champ culturel) est très peu présentée:

Qu'en est-il ? pourquoi ?

Et donc: d'où venez-vous ?

Depuis le début des années 2000, la recherche sur le jeu vidéo s'est largement développé, particulièrement dans le monde anglo-saxon où l'académie universitaire exprime moins de réticence à se tourner vers des objets appartenant au domaine du divertissement de masse. La concurrence parfois féroce entre les universités américaines pousse leurs chercheurs à se positionner très tôt sur les domaines émergents. Par ailleurs, en Europe, les universités scandinaves ont été très actives dans le développement de ce qu'on appelle aujourd'hui les *game studies* en publiant dès la toute fin des années 1990 des textes théoriques sur la nature du jeu vidéo.

 

Des pixels à Hollywood est tiré de la thèse que j'ai consacré aux relations entre cinéma et jeu vidéo, je l'ai débutée en 2004 et soutenue en 2009. Elle partait du constat d’un désintérêt de l’académie pour le domaine du jeu vidéo souvent ramené à une simple composante des domaines du divertissement.

 

Il existait à l'époque assez peu de travaux académiques consacrés en France au jeu vidéo. Les premiers ouvrages consacrés en France au sujet du jeu vidéo ont été écrit par des professionnels, des sociologues comme Laurent Trémel ou des chercheurs en informatique comme Stéphane Natkin. Du côté des Sciences de l'information et de la communication, les ouvrages de Sébastien Genvo venaient tout juste de paraître. Les quelques travaux historiques consacrés au domaine développaient alors souvent leur réflexion autour des mêmes anecdotes en bâtissant une théorie des « grands hommes » du jeu vidéo.

Par ailleurs, je lisais également des articles de presse qui affirmaient de manière assez péremptoire la dynamique renforcée des liens entre l’industrie cinématographique et le domaine du jeu vidéo.

En fait, il s’avère après une étude historique que ces liens ont été de tout temps très forts, des années 1970 à aujourd’hui. J’ai donc choisi de traiter la relation entre les jeux vidéo et le cinéma en la recontextualisant dans l’histoire économique et culturelle des industries du divertissement.

Pour aborder cette question, j’ai utilisé les outils méthodologiques de l’histoire, l’économie ou les approches des cultural studies appliquées aux transferts culturels entre Japon, États-Unis et l’Europe.

 

Ma thèse a été soutenue dans un département d'études cinématographiques, un domaine universitaire qui définit moins des approches qu'un objet d'étude, le cinéma. J'ai donc employé cette ouverture disciplinaire pour travailler le sujet dans un soucis aigu de transdisciplinarité.

Alexis Blanchet,

 

auteur du blog Jeuvidéal et chercheur en études cinématographiques à l’université Paris Ouest Nanterre La Défens.