Rouge sombre

 

Il l’a souhaité,

Il l’a imaginé

Elle est née de son esprit, aujourd’hui nous est offerte…

 

Et nous rapproche, comme une fiction de notre «début», notre naissance,

notre «avant», notre peau, nos besoins comme si nous étions «non-nés»,

«des retournés»…

 

L’œuvre d’Anish Kapoor pour Monumenta 2011, est une forme « épousante »,

pour quelques parties de la Nef, pratiquement sa totalité, par incrustation

incomplète dans l’espace, énorme, amplitude, comme une « extra terrestre »…

 

Elle serait venue envahir et habiter le cœur de la Nef, loin du regard des hommes,

elle entrait, prenait possession des lieux…

Voulait décupler sa fécondité…

 

Elle est maintenant là, posée, calme, elle respire…

Tranquille elle nous reçoit et nous ouvre les portes sous pression de son abdomen …

 

 

Autour, elle nous domine et nous protège, ventre à terre.

Sa peau a la couleur du sang, violet foncé, manquant d’oxygène,

 

En entrant la transformation nous parvient, grâce aux rayons du soleil

qui la transpercent, laissant apparaitre les stries de la verrière lumineuse…

Notre hôte rougit…

 

Il ne manque que les battements forts et sourds du cœur.

 

 

Photo Clara Dudézert
Photo Clara Dudézert

 

On entre et elle nous laisse reprendre quelques habitudes Fœtales, nous offre l’exploration

sensorielle, sensuelle, pourpre et lumineuse que nous avons connu, autrefois, sans conscience.

35 m de haut, 10 000m2, 72 000 m3 de lumière rouge flamboyante.

 

Jean de Loisy (commissaire de l’exposition) nous permet d’entrer dans un espace inconnu,

Éphémère, il a soutenu cette immense création, a tenue sa venue à bout de bras, l’a regardé avec un émerveillement discret et nous confie :

 

« Ce rouge sombre renvoie implicitement cette idée du corps et par extension à l’origine, à la grande matrice… »

 

Merci à Anish Kapoor d’avoir construit la parenthèse hybride et

nous accorde ce beau voyage intérieur au milieu de la ville.

 

Mai 2011.

Christine POSTEL est architecte d'intérieur.