CYKLOP. Rencontre

 

Comment l'artiste, en mission commandée, s'adapte à la rue, au mobilier urbain, au territoire... des précisions avec Cyklop.

 

Une rencontre avec Franck Senaud.

FS: Comment as trouvé ton "spot" ?


Tout d'abord à Evry : C'est une rue très fréquentée grâce à la proximité de la gare RER,
Et l'alignement des potelets, entre coupé d'arbre et de bancs, permet de travailler un ensemble et d'avoir un rendu panoramique, les potelets formant une ligne dans la ville.

A Villabé, nous-nous trouvons dans un environnement presque rural, mais l'alignement de potelets est également présent... Je travaillerai aussi sur 4 potelets isolés sur la place.

 

FS: Y a-t-il des différences entre les lieux (Evry et Villabé) si les potelets sont les mêmes ?


A Evry, on est sur un domaine semi-piétonnier, à Villabé, les potelets longent le trottoir d'une rue avec du trafic automobile...

Les potelets n'ont pas la même forme dans ces deux villes, à Evry, ils ressemblent à ceux de Londres, le tube et hexagonal avec une demi sphère sur le dessus et à Villabé c'est le modèle Champs-Elysées que l'on retrouve à Paris, en fonte et plutôt fin, il a une boule sur le dessus.

 

FS: Et en quoi cela change ton travail ?


La taille et la forme du pochoir change.  Je m'adapte à chaque forme de potelet.
Sur ceux d'Evry, je vais travailler directement la coulure de couleur sur la partie haute du tube, pour ensuite recouvrir l'œil de blanc puis des couleurs...
Sur ceux de Villabé, je ferais une pré-couche de blanc, puis poserai la couleur avec un pochoir en forme de coulure, sur la partir basse du potelet. C'est un peu l'inverse... On aura une coulure blanche sur le haut du potelet à Villabé, et de couleur sur ceux d'Evry.

 

FS: Je t'ai vu prendre des mesures, dessiner un plan avant d'intervenir : Comment travailles-tu en amont ?


J'ai besoin de connaître un minimum la configuration de la rue afin de m'y adapter... Street View a souvent ses limites... On a besoin de sentir le lieu... A Evry, c'est la première fois que je travaille sur cette forme de potelet, j'ai donc eu besoin d'adapter la taille et la forme de mes pochoirs. J'ai choisit de faire un grand dégradé avec plein de couleurs qui vont réveillés la rue. Je dessine toujours avant de créer les pochoirs au dimension des potelets.

 

FS: Choisis-tu tes motifs avant d'être sur place ?


Le plus souvent oui, mais il m'arrive de changer d'idée quand je suis sur place...

 

FS: Tu es invité par l'agglo aujourd'hui pour intervenir.
Ce genre d'invitation par des villes, des festivals existe-t-il beaucoup ?


Oui, je participe souvent à des festivals artistiques, notamment l'année dernière, à Arles pour le festival de Création InSitu, à Bourg-en-Bresse pour Métamorphose ou à Aubervilliers pour InSitu... mais souvent cela ne vient pas des villes directement
mais de la programmation des festivals qui sont organisés par des structures indépendantes (Associations...).


Mais un festival d'une si grande ampleur, tant dans la durée que dans le nombre de villes et d'artistes, c'est assez rare.