YAHIA. En Amazonie.

Je sais des sauvages

Là-bas

Qu’on dit inoffensifs

Oubliés des latitudes modernes

Rêvant effrontément dans des hamacs

A la courbure profonde

D’arcs pour dormeurs

 

Dans l’amazone de leur regard

J’ai reconnu

Le vague de mes regards

Gratuits

Passés d’infini

 

Quand d’autres prient pour les autres

Eux rêvent pour nous

Les rêves que nous ne rêvons plus

 

La journée à chasser

Dans le treillis des émeraudes

Jouer avec leurs animaux

Parfaire leurs flèches

A dégrossir leurs plumages

Où se perdent les volutes savantes de leurs pipes

Agitées de quelques papillons nocturnes

Au vol monstrueux

 

Fiers

Contemplant leurs beaux enfants neufs

Attentifs à la jungle bruissante

Que le jeu cambre de santé

 

Je suis de leur race

Je suis de leur paresse

De leur fatigue pour tout travail

De leur murmure basané

Je vis de leur peau nue

 

Dans la douceur de leur regard

Ils chantent comme ils rêvent

Et comme ils chantent ils pourraient tuer

D’une flèche de paix perçante

Apaisante comme un ensorcellement

Mourir est un chant

Mourir est un rêve

Un chant pour rêver

Un autre pour tuer

Et toujours cette innocence

 

Ils ne rêvent pas

Car c’est à l’extérieur d’eux-mêmes

Qu’ils rêvent

Qu’ils me rêvent parfois

Comme je les rêve moi-même

 

Comme nous nous retrouvons

Inutiles

Naïfs immensément

Essentiels et purs

 

La conscience montée

En amazone

Entre deux mondes

 

Christophe YAHIA

est poète, philosophe et mauvais esprit. 

J'espère qu'aucun super-héros ne traine dans le coin !?