CATHERINE FEUNTEUN. "Chroniques mauves". Catpeopleprod


Comment un projet unique de documenter l'histoire des lesbiennes en France dévie, prend chair dans le dessin et un éditeur et devient le premier récit BD en France sur le sujet.

Une histoire incarnée racontée à avec F.Senaud .

image du site http://lefildarchal.over-blog.fr/article-30908170.html

Franck Senaud:

Comment a commencé ce projet d'éditer les chroniques Mauves ? une commande ? des rencontres avec des dessinatrices?

 

Catherine Feunteun:

Les Chroniques Mauves ne sont pas une commande. D'ailleurs, je pense que étant totalement inconnue et novice dans le milieu de l'édition et au surplus de la BD, aucun éditeur n'aurait accordé la moindre chance à un album de 224 pages, écrit et dessiné par une équipe qui n'avait jamais fait cela et sur un sujet comme l'histoire des lesbiennes des années 50 à aujourd'hui. Ah ah. j'en ris d'avance...

 

Cependant ta question donne l'occasion de redire une chose qui me tient particulièrement à cœur, depuis longtemps, " il faut vivre ses rêves. Il faut avoir l'audace de réaliser les choses qui nous tiennent à cœur", et il faut apprendre à faire confiance à son intuition. La mienne était qu'il fallait raconter cette histoire, parce qu'elle n'existait pas. Aucun documentaire, aucun ouvrage et aucune BD sur le sujet ( je veux dire sous la forme d'une longue saga historique).

 

Ensuite c'est un concours de circonstances, la détermination et un bon grain de folie et d'inconscience qui font le reste. Le concours de circonstances c'est mon échec en tant que scénariste à vendre un scénario de documentaire sur l'histoire des lesbiennes. Ou alors c'est la boite de prod avec qui je comptais le faire qui s'est mal démerdée...bref. résultat des courses en 2010, je me retrouve avec un scénario de documentaire inexploitable, des tas d'heures de rush vidéo car j'avais déjà interviewé des gens du milieu lesbien, à l'arrache, pendant une années, avec des copines et une boite de prod un peu molle qui n'a pas su vendre le truc. On est en juin.

L'été approche, la boite de prod en question me propose vaguement l'aide d'un script doctor pour réécrire le scénar... je ne suis pas très motivée, déjà je n'y crois plus, vu que 3 chaînes ont refusé le projet. Bon, 90 minutes sur l'histoire des lesbiennes françaises, en 2010, c'est pas super vendeur visiblement. Je passe un mois un peu compliqué jusqu'à ce que je me reprenne et que je me dise que je n'ai quand même pas bossé un an déjà pour rien. Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé dans ma tête à ce moment-là mais je me réveille un matin en me disant que je vais profiter de l'été pour tout réécrire sous forme de fiction, donc repartir à zéro.

Et je ne sais pas pourquoi, à ce moment-là, j'ai l'intuition que ce serait chouette de raconter cette histoire sous la forme d'une bande-dessinée.

 

 

 

Problème : je ne connais rien à l'édition, et encore moins à la BD. Vu que j'ai une boite de prod audiovisuelle Catpeople Production, qui, du reste, tourne au ralenti depuis quelques temps. Je vais sur internet et je me mets à chercher des lesbiennes qui dessinent. Je trouve Soizick Jaffre qui avait à l'époque un blog "saphisteries". On se rencontre, et contre toute attente, elle part avec moi dans le projet...

 

Je pense que Soizick, que je connais mieux maintenant n'a vraiment pas eu froid aux yeux ah ah. Sans elle, au départ, cette aventure unique n'aurait jamais pu exister. Elle a commencé à réfléchir, elle a proposé des pistes, croqué des personnages etc...

 

Elle m'a proposé des dessins, c'était vraiment bizarre de voir mes personnages. Mais elle a donné de la chair au projet. Franchement je pense qu'il fallait avoir de l'estomac pour foncer là-dedans. On ne se connaissait pas, on est différentes. Et si la suite n'a pas toujours été facile, elle a été productive puisque le projet, aussi monstrueux soit-il, a été mené au bout. Par la suite, Je me suis aperçue que Soizick ne pourrait pas tout dessiner, ce n’était pas raisonnable, elle avait beaucoup de travail par ailleurs.

 

 

 

Nous sommes en janvier 2011. Je lui propose de chercher d'autres personnes qui vont dessiner avec elle, pour qu'on ait une chance d'aller au bout des 12 épisodes. Elle a accepté tout de suite. Et les 4 autres dessinatrices sont entrées dans le projet. Donc, coup d’accélérateur car plusieurs personnes dessinaient en même temps.

Je centralisais, pilotais tout ça. Ca s'est plutôt très bien passé. Ensuite j'ai réalisé qu'il fallait que j'apprenne à faire un livre, et je suis rentrée dans des considérations totalement étrangères à mon univers, mais il a bien fallut que je m'adapte, et que j'apprenne vite ! Puis j'ai emprunté des sous pour imprimer, j'ai réalisé une version web de 850 écrans et j'ai réalisé un site web pour vendre la BD.

Et en mai 2012 j'ai monté chez moi 93 cartons d'albums qui ont rempli mon petit appartement.

 

Voilà. Je souhaite à pleins de gens de vivre cette aventure. Ma philosophie s'est renforcée d’ailleurs pendant tous ces mois, elle tient en une phrase : quand la porte est fermée, passe par la fenêtre. Bon, il faut avoir le cœur bien accroché, mais c'est possible !

 

 

FS:

Je reviendrai sur cette façon dont le dessin s'est incarné mais avant dis moi car je le sais mal: existait-il des sagas lesbiennes en film ou en images dans d'autres pays ? Les avais-tu vues ? lues ?


 

CATHERINE FEUNTEUN:

Non à ma connaissance, il n'existe rien de la sorte. grande saga qui traverse plusieurs époques, s’appuie sur plusieurs générations etc...

On peut dire par exemple que la série The L Word est une grande saga aussi mais elle est contemporaine, elle n'a aucune vocation sociale ou historique. (une série américaine qui met en scène une bande de lesbiennes chic de Hollywood).

J'ai aussi fréquemment utilisé l'exemple des Chroniques de San Francisco, car l'ambiance était aussi à suivre des personnages gays et les voir évoluer. Mais sinon, j'ai bien entendu cherché, je n'ai rien trouvé de tel ni en France ni ailleurs.

 

FS:

Tu sembles dire implicitement que cette histoire de chairs devait s'incarner dans une image de film comme celle de la BD ? fallait-il selon toi que cette recherche de visibilité passe par l'image plutôt que l'écrit ?

Comment avez vous commencé ? par des dessins ? ou directement dans l'histoire ?

 

CF:

Cette histoire a commencé bien avant le dessin, qui était pour moi une solution d'opportunité pour faire exister un projet beaucoup plus ancien : faire un documentaire pour la TV. donc en amont, deux ans de travail, des dizaines de rencontres, d'ITV, de rushs, un scénario construit pour 90 mins, et au bout un producteur qui ne réussit pas à vendre ce projet à une télé. je me retrouve avec deux ans de boulot intense, de recherches poussées et je décide d'en faire quelque chose.

C’est comme ça que ça a commencé. j'ai ensuite tout réécrit avec un nouveau scénario de fiction, et j'ai pris la décision folle d'écrire un récit en 12 épisodes. si je me suis si vite adaptée à l’univers de la BD qui m'était inconnu, c'est que finalement ça ressemble beaucoup à l'image animé, au niveau de la construction du récit etc.. quand j'écrivais les épisodes je passais tout de suite au scénario, mais avec des centaines de sources documentaires en fait. Les cinq filles qui ont dessiné ont pris un train en marche. mais le récit a pré-existé aux dessins.

 

Encore une fois, je ne suis pas dessinatrice, je raconte des histoires et au bout du compte je me fous du support : dessin, vidéo, collage, musique, autres, je peux tout mélanger d'ailleurs sans état d'âme. Je pense que quand on est habité par une histoire, on trouve toujours une manière de la raconter. Moi j'aime écrire.

 

FS:

Dans le livre: trois récits, trois graphismes. T'es-tu souciée de ne pas avoir d'unité visuelle ou as-tu laissée le hasard du trait des créatrices faire le lien ?

 

 

CF:

Il y a en fait 4 styles différents, en plus Soizick Jaffre a eu le talent de varier son propre dessin en fonction des épisodes qu'elle a dessiné, elle seule en était capable je crois, les autres non.

Ca ajoute encore plus de variété. franchement, moi, comme tout été fait à l'arrache, je savais dès le début que l'unité visuelle n'était pas à l'ordre du jour sur ce projet, mais on avait pas le choix, après, on a essayé de proposer une certaine cohérence, elle passe dans le récit en fait, et au final deux ou trois lecteurs ont été dérangés mais sinon la plupart des lecteurs ont trouvé ça très original.

Moi ce que je pense encore une fois, c'est qu'en matière d'art, si on pense "inventer quelque chose", on se plante et au pire on est très présomptueux. l'invention artistique c'est toujours un accident et la nécessité de trouver une solution. ça a donné le plus grandes choses, des inventions, des styles, des tendances. l'art dans sa pureté, c'est quand on a faim ou qu'on est aux abois. C'est comme quand on doit apprendre une langue, y'a rien de mieux que d'être plongé dans un pays étranger et de devoir se débrouiller pour apprendre, car c'est vital, nécessaire. bref, je pense que l'art ne naît que dans la nécessité.

 

Quand on a pas les moyens de faire autrement, c'est la nécessité qui a crée cette BD. à tous les niveaux d'ailleurs, car en deux mois je suis devenue aussi maquettiste et éditrice, moi qui savait à peine utiliser photoshop. Tout est cohérent.

 

Interview par mail. Juin 2013