ARCIER Rencontre

Il développe un métadiscours sur ces images virtuelles et plus globalement sur les mondes virtuels, décortiquant ce qui les constitue et ce qu’ils ont de spécifiques.
L'autre thématique traitée est celle de la disparition et du remplacement de notre monde par un monde virtuel et numérique.
L’oeuvre FPS est une oeuvre post 13 novembre 2015.

L’artiste y traite du thème de l’aveuglement en détournant les codes du jeu vidéo, notamment ceux du jeu de tir à la première personne (first person shooter)

 

 

FS

Depuis quand travaillez vous ? Peut-on rapprocher votre travail de l'art numérique ?

 

 

HA

J’ai commencé ma vie professionnelle en 2002, d’abord sur les effets visuels pour des longs métrage et peu à peu mes projets artistiques ont pris de l’importance dans ma vie. Oui mon travail peut tout à fait être considéré comme de l’art numérique, à la fois j’utilise des outils numériques mais je questionne aussi ces outils, ce qui un élément essentiel dans cet art.

 

 

FS

Vous exposez l'oeuvre FPS ; comment est-elle née ? Quelle était votre intention ?

 

 

HA

« FPS » est née dans le contexte très particulier des attentats du 13 novembre. J’ai travaillé sur le sujet des attentats et de la violence armée précédemment avec une video machinima « 11 executions ».

Pour « FPS » je voulais détourner la mécanique des jeux de tir à la première personne. C’est un style de jeu qui est basé en grande partie sur les réflexes et la précision, même si le « gameplay » de « FPS » est identique à un jeu de tir traditionnel le fait de placer le joueur dans le noir permet de complétement transformer l’expérience et d’en déplacer le but.

Je voulais que le ressenti de la personne qui expérimente l’œuvre évolue qu’elle passe de la fascination pyrotechnique de l’arme à feu, à une prise de conscience de l’espace et de l’environnement dans lequel elle évolue. C’est une œuvre qui a sa part d’ambiguïté, j’en ai conscience, mais c’était ma façon d’exprimer, à chaud, une forme d’incompréhension et de représenter, en utilisant ma culture de joueur, l’irreprésentable.

 

FS

 

Notre 3e edition des Chambres Numérique traite du sujet des "Relations", comment votre travail fait écho à cette idée ?

 

 

 

HA

 

« FPS » traite de la relation impossible, de l’aveuglement conséquence d’une forme d’ignorance. La culture et l’ouverture d’esprit sont la clef des relations pacifiées avec autrui.