YAHIA écrit des poèmes ciselés, visuels et brillants.

 

Ici, inédit:  

Rue neuve

Toute savonnée de soleil

La rue

Neuve

 

Les idées fraîches comme des projets

Des ouvriers matinaux mouillent leur première cigarette

Du bout de la langue la passant en relais

D’un coin à l’autre de la bouche

Comme ils se repassent les pavés

Partageant leur fatigue

Recommençant la ville

D’une énergie nouvelle

 

Dans les mains des ouvriers c’est toujours les années 50

Le ciel barbouillé d’un bleu technicolor

D’un bleu de carte postale

Rejoue son décor

Mieux qu’un acteur

Glissé sous des muscles nègres

Et d’effort