"Toujours découvrir"

 

Si vous voulez prolonger ces moments de connivence qu’il nous a accordés, vous pouvez vous plonger dans ses Entretiens avec Noël Simsolo dans l’ouvrage  « Le cinéma dans le sang ». Vous y retrouverez la verve du réalisateur, le récit de son enfance à Lyon, de son adolescence à Paris quand il fréquentait le Lycée Henri IV, la découverte de sa passion et de sa vocation pour le cinéma à treize ans, toutes les influences emmagasinées, passant par son premier contact avec l’Amérique jusqu’à son premier long métrage : « L’horloger de St Paul ». Mais aussi son parcours depuis son titre de président de l’Institut Lumière jusqu’aux nombreux prix remportés, l’évocation des innombrables acteurs de renom qu’il a fait jouer, la place accordée à la musique, l’explication du succès de ses films historiques ou documentaires .

 

On pourrait citer de nombreux passages de ces entretiens, on retiendra celui-ci où, se retrouvant dans les premiers objectifs affichés par les Frères Lumière il dit :

« Je trouve révolutionnaire cette idée d’aller à la recherche du monde et de le faire connaître à des gens qui découvrent ensemble un univers différent du leur . Je me sens proche de cette ambition : toujours découvrir.»

 

L’ouvrage se termine sur une profession de foi adressée à un cinéaste débutant fictif. Cette dernière page mériterait d’être citée in extenso : toutes les qualités humaines qui sont au cœur de l’œuvre de Tavernier y sont présentes .

Un extrait ? Ici

 

Francoise AMBOLET

est germanophile, lectrice passionnée,  à l'écoute et engagée, fine observatrice.