GRIGNON. L'impossibilité d'un film « Dune » – Alejandro Jodorowsky

 

Il y a des œuvres cinématographiques qui n'ont pas existé et que pourtant tout cinéphile se doit de connaître ; certains d'entre vous ont certainement été frustré que je ne commence pas par la plus célèbre d'entre elles (oui, je te vois TOI au fond de la salle me disant d'aller me faire voir chez les Wookies comme-ci j'avais révélé la fin de « Psychose » à de jeunes novices).

 

En effet, si l'on parle des films abandonnés, il y en a un qui vient, généralement, en premier à l'esprit : « Dune » d'Alejandro Jodorowsky.

 

 

 

Quand on parle de cette œuvre qui n'a pas vu le jour (bien qu'arrivée à un stade très avancé de production), il devient rapidement évident que le terme d'événement majeur n'est en rien galvaudé. Ce film aurait dû être un événement cinématographique hallucinant si ce n'est, même, un événement artistique total ! Imaginez donc : « Dune », immense monument de la littérature de science fiction, adapté par un consortium des plus grands artistes de l'époque. Et, afin d'étayer mon propos, je ne prononcerai qu'un seul et unique nom : Dali ! [Avant de continuer, il est intéressant d'observer que le Sieur Salvador est attaché à deux projets avortés : « Dune », donc, ainsi que « Destino » fruit d'une collaboration avec Walt Disney, mais nous y reviendrons dans une future chronique]

 

 

 

En effet, Salvador Dali avait été approché par Alejandro Jodorowsky (qui décida de réaliser ce film avant même d'avoir lu le dit livre). Celui-ci réalisa, bien entendu, un certains nombre de croquis pour la réalisation du film mais, surtout, s'était vu confié le rôle de l'Empereur Padishah Shaddam IV! Le rôle d'un empereur mégalomaniaque pour Dali ! Rien que pour avoir loupé ça, mes yeux saignent !!!

 

Mais cela n'est que la partie visible de l'iceberg... Imaginez un peu :

 

Casting :

 

Salvador Dali [donc] – Empereur Padishah Shaddam IV ; Orson Wells [rien que ça...] – Baron Vladimir Harkonnen ; David Carradine – Leto Atréides ; Mick Jagger [!!!] – Feyd-Rautha Harkonnen ; Amanda Lear – Princesse Irulan... !

 

Décor et Character Design :

 

H.R. Giger et Jean Giraud !!

 

Musique :

 

PINK FLOYD !!!

 

Avec tout cela, j'espère au moins qu'ils avaient prévu de donner un sachet de LSD pour chaque place vendue...

 

Alors avec un tel projet, pourquoi cela n'a pas aboutit me direz-vous ? Et bien, comme souvent, pour de médiocres histoires financières. Comme la plus part des grandes œuvres avortées, nous avons loupé ce potentiel coup de génie pour de vulgaires questions budgétaires. En effet, aucun studio n'accepta d'apporter le financement manquant de peur du non-retour sur investissement (car oui, il est bien connu que les studios ne se trompent jamais et n'apportent d'énormes financements qu'aux projets de qualité qui seront un succès aussi énorme ; n'est-ce pas « John Carter »...)

 

 

 

Cependant, preuve que ce film continue d'enthousiasmer, un documentaire sur cette fantastique aventure ratée a été projeté au festival de Cannes 2013 : « Jodorowsky's Dune ». Bien que ce dernier n'ait toujours pas de date de sortie dans notre pays, je vous invite à en voir la Bande Annonce :

 

Sébastien GRIGNON

mange des images, en crée, les lèche, gobe, ingère, digère, s'en nourrit et les partage avec nous.