T AUDOUY. Mémoire de graff. Rencontre

Thibault AUDOUY photographie la ville mais des rencontres l'amènent à s'attarder sur un bâtiment abandonné. Quelles mémoires de graff garde-t-on ? Rencontre

 

 

Entretien avec Franck Senaud. décembre 2015

Photo Thibault AUDOUY
Photo Thibault AUDOUY

 

FRANCK SENAUD

 

Tu as réalisé des séries de photos dans l'ancien républicain: à quelles périodes et combien d'images environ ?

 

 

 

THIBAULT AUDOUY

 

J'ai réalisé cette série au mois d'Avril 2015.

 

En 2013 j'avais déjà fais des photos du site mais juste de l'extérieur (le site était encore gardé)

 

Et justement voyant que de nouveaux tags avaient apparu, je me suis décidé à y retourner.

 

J'ai fais 5 incursions dans l'immeuble et je ne suis monté que jusqu'au 2e étage (ensuite les étages étaient bien trop encombrés).

 

L'ambiance qui régnait était assez pesante, pleins de bruits de tôle cassées, de verre pilé sous mes pieds, de papier qui s'envolent.

 

Mais aussi des traces de vie de personnes vivants là ou passées par là de temps en temps. C'était intéressant d'essayer de distinguer si c'étaient des traces de squatteurs ou de graffeurs. Pour certains, c'était grec coca. Pour d'autres, un vrai petit coin réchaud, matelas au sol et miroir brisé pour se coiffer le matin. Bref, J'ai réalisé au total 600 photos pour n'en retenir que 20.

 

 

FS

 

il s'agissait pour toi de prendre en photo un lieu détruit ou est-ce un intérêt pour les graff ? Est-ce la première fois que tu t'intéressait à ces traces ?

 

 

 

TA

 

L'objectif de cette série, au-delà de travailler sur l'urbanisme, est surtout de dévoiler l'envers du décor du Républicain.

 

L'immeuble est à l'abandon depuis 3 ans, et la mairie d'Evry ne communiquait pas sur l'état de cet immeuble, sur les démarches ou solutions envisagées pour le réhabiliter. Alors que cette immeuble est à la vue de tous, tout le monde se demandait dans Évry qu'est-ce qu'il y a l’intérieur ? Porté par ma curiosité et mon appareil je suis d'abord allé découvrir ce qui se tramait là dedans.

 

Bien sûr je savais que j'y trouverai des tags et cela m'a toujours intéressé.

 

J'ai même rencontré certains des taggeurs (PESA et HOWIE) mais ailleurs, à Ris, et ils m'ont dit : "tu devrais y aller ,on a retourné l'endroit".

 

La première fois j'ai juste fait l'extérieur (j'y ai découvert une montagne de télé cassées!) et l'intérieur d'un des 3 bâtiments. Je ne savais pas s'il y avait des gens ou un gardien. Ensuite je me suis aventuré de plus en plus, pour monter jusqu'aux 2 étages.

 

Le plus stupéfiant ce n'était pas les tags qui était très grands et très beaux, ni les toutes les fournitures laissées par les anciens employés du Républicain non le plus déstabilisant c'est certainement les traces de vie, surtout les traces d'enfants, des jouets, des poupées, des télés. S'imaginer que certaines personnes vivaient dans ces conditions, c'est malheureux. Après avoir photographié l'immeuble je suis aussi aller voir l'ancien camp de gens du voyage qui occupait le site de Delbard. Ici aussi beaucoup de traces de vie.

 

Pour finir sur les tags, j'ai fais quelques recherches et je pense qu'il a eu 3 crew de taggeur qui ont opéré dans l'immeuble.

A SUIVRE