Julie Charpentier (1770-1845) sculptrice

 

 

 

Julie Charpentier (1770-1845) sculptrice

 

Elle naît à Paris en 1770. Son père, François-Philippe Charpentier, est artisan graveur au service de la maison royale. Enfant, elle apprend le dessin auprès de celui-ci puis devient l’élève du sculpteur Augustin Pajou.

 

 

Elle va se consacrer à la sculpture, ce qui est rare pour une femme à l’époque. Elle expose pour la première fois au Salon de 1787 à 17 ans. Elle va exposer pendant la Révolution, l’Empire et la Restauration. De 1787 à 1824, 41 de ses œuvres seront acceptées au Salon.

 

 

À côté de la création de bustes, elle réalise des médaillons, des statuettes et des bas-reliefs. Elle dessine aussi des portraits au crayon noir et grave des camées. Elle a quelques commandes officielles, ainsi elle collabore à la décoration de la colonne de la Grande Armée où figurent quatre bas-reliefs sculptés de sa main. Malgré ses travaux, elle ne réussit pas à se faire connaitre des amateurs d’art et du grand public.

 

 

De condition modeste, elle doit travailler au Muséum d’Histoire naturelle du Jardin des Plantes à Paris comme taxidermiste pour subvenir à ses besoins. Elle finit par abandonner la sculpture et décède à l’hospice de la Salpêtrière en 1845 à 75 ans, dans la misère, oubliée du monde artistique.

 

 

 

 

Philippe MARQUIER