Marie d’Orléans (1813-1839) sculptrice

 

 

 

 

 

 

Elle naît en 1813 à Palerme (Italie) de Louis-Philippe d’Orléans, roi des Français à partir de 1830 et de Marie-Amélie de Bourbon-Siciles. Avec ses frères et sœur, elle a une éducation propre à sa classe sociale, mais libérale.

 

 

Très jeune elle se passionne pour l’art et en 1822, à 9 ans, elle devient l’élève du peintre-sculpteur Ary Scheffer, d’abord en dessin, puis en sculpture à partir de 1834. Il est son guide intellectuel et son conseiller artistique. Ils finissent par travailler tous les deux en collaboration.

 

 

Elle aménage son atelier dans le château des Tuileries et se consacre entièrement à son art après le mariage de sa sœur Louise devenue reine des Belges en 1832. Avec l’éloignement de sa sœur, elle est sujette à une déprime appelée mélancolie à l’époque.

 

 

Elle est considérée comme la première sculptrice romantique française avec des thèmes d’inspiration religieuse, littéraire ou historique. Son sujet de prédilection est l’héroïne nationale Jeanne d’Arc redécouverte par l’historien Jules Michelet. Son père Louis-Philippe lui commande en 1835 une statue de Jeanne d’Arc et elle réalise une œuvre où celle-ci est figurée à pied et en prière avec son épée contre elle. C’est le modèle qui est le plus copié pour les églises de France après la défaite de 1870.

 

 

Ses obligations de politique familiale font qu’elle se marie en 1837 avec le duc Alexandre de Wurtemberg et un fils, Philippe, naît de cette union en 1838. Elle décède en 1839 à 25 ans à Pise (Italie) de tuberculose.

 

Philippe MARQUIER