Marie Victoire Lemoine (1754-1820)

 

 

Marie Victoire Lemoine (1754-1820)

Elle naît à Paris en 1754 de parents bourgeois Charles Lemoine et de Marie-Anne Rousselle. Elle a deux sœurs cadettes, Marie-Elisabeth et Marie Denise, artistes peintres professionnelles comme elle. Contrairement à celles-ci, elle ne s’est jamais mariée et après avoir résidé chez ses parents, elle a vécu chez sa sœur Marie-Elisabeth.

 

Ses parents n’appartiennent pas au milieu artistique et elle a suivi une formation auprès de l’Académicien d’art François Ménageot dès 1770. C’est un proche de la portraitiste de la Cour royale Élisabeth Vigée-Lebrun et Marie-Victoire a certainement travaillé avec elle. Elle acquiert dès 1779 une réputation appréciable lorsqu’elle expose pour la première fois dans un Salon, celui de la Correspondance à Paris.

 

Elle peint des portraits, des miniatures et des scènes de genre. À partir du Directoire, elle expose successivement au Salon officiel de Paris de 1796 à 1804. Puis comme ses sœurs, elle cesse d’exposer après le couronnement impérial de Bonaparte. Elle reprendra ses expositions après la chute de celui-ci en 1814. Elle décède à 66 ans en 1820.

 

Elle a exercé comme professionnelle, mais ses œuvres ont été perdues pour la plupart. Actuellement, celles qui sont identifiées sont surtout des portraits de femmes et d’enfants.

 

Dans l’exemple ci-dessous «une femme peintre enseignant», elle reprend le style d’Élisabeth Vigée-Lebrun et elle se figure apprenant la peinture à une jeune fille, peut-être sa sœur Marie-Denise. L’autre exemple est un portrait intitulé «les deux sœurs» dans le style bucolique de l’époque.

 

Philippe MARQUIER